16-17 avril 2018 : San Angelo State Park.




Nous quittons presqu’à regret cet oasis de tranquillité pour un deux heures de route  qui nous mènera un peu plus au Nord. Nous n’avons aucune idée de ce qui nous attend, aucune recommandation, aucun avis, ce State Park était simplement sur notre route.


Pas facile sur la route avec le vent de côté !




Pour ceux qui utilisent le GPS, oubliez l’adresse du 300 rue Mercédès et ce, même si vous conduisez un Solera. Dirigez vous plutôt vers l’entrée South du State Park où l’on devrait vous accueillir avec joie sinon rapidité. Préparez votre permis de conduire, bizarre mais c’est ainsi, c’est le seul SP qui nous l’ait demandé. C’est aussi la première fois que nous n’avions pas réservé à l’avance.

Nous fûmes ainsi conviés à aller établir nos pénates sur le site # 3 ce qui, avouons-le, fit notre bonheur car doté de quatre beaux arbres. Lorsqu’il fait plus de 90°F et que tu n’es pas trop air climatisé, tout ombre est la bienvenue et, c’est bon à savoir, la plupart des autres sites en sont dépourvu.



L'horizon est vaste (Francine G.)

Avantage non négligeable !


Ajoutez-y une vue qui porte loin et vous entendrez la voix de Francine clamant haut et fort : L’horizon est vaste ! Un paysage de désert comme on en voit dans les westerns, au point où je verrais, sans me surprendre, un chariot de colons fonçant vers l’Ouest, poursuivit par une horde d’indiens à cheval, elle-même poursuivie par la Cavalerie, le caporal Rusty et Yahoo Rin-Tin-Tin !

Il  a deux sections de terrains dans la partie Sud dont l’une avec des sites près du lac, ou du moins ce qu’il en reste. Il y a fort longtemps que la rampe de mise à l’eau n’a pas été utilisée et la seule embarcation recommandable présentement demeure, à mon humble avis, le pédalo à deux places. Pas à quatre places, ça va frotter au fond !




Il est déjà 15h00 lorsque l’installation se termine sous un vent de 30 km/h avec des rafales à plus de 50 km/h. Je peux vous assurer que ce n’était pas de tout repos sur la route aujourd’hui. Je n’ose imaginer sans suspension Bilstein.  Au retour, je vais m’informer à propos de ces fameuses Sway-Bar dont tout le monde dit le plus grand bien pour contrer les vents latéraux.

L’avantage avec le vent est que les mouches et les moustiques ont foutu le camp avec. La grosse Luna respire beaucoup mieux et Forest sèche beaucoup plus vite lorsque je le lave. Ça permet également de faire un peu d’exercice lorsque la carte des sentiers du Park s’envole !!!

Magnifique coucher de soleil, Sylvie et moi en sommes rendus à nous faire compétition avec nos caméras; Hé, tasses-toi, tu caches mon soleil…ha ha ha.




Finalement, il a bien fallu se résoudre à la mettre en marche cette foutue air climatisée si bruyante, Cléo et Luna ont la langue à terre et la Madame commence à …..avoir la mèche courte.


Ah ! Ah ! Ça, c'est le lever du soleil !




L’on part en randonnée mais pas trop loin et l’on s’y rend en voiture pour débuter. Le paysage est incroyable; on voit bien que le manque d’eau est criant, les dust balls se sont coincés, à l’abri, un peu partout attendant la prochaine pluie.




Drôle de bibittes que les dust balls. Un arbrisseau qui se détache du sol nourricier une fois atteint le degré de sécheresse qui ferait mourir tout autre végétal. Il roule alors au gré des vents jusqu’à ce que le ciel lui tombe sur la tête. (Ou les pieds selon où il en est rendu dans sa roulade)

Alors, le miracle s’opère; les pieds lui repousse et il s’ancre à nouveau dans la terre avant de reverdir, incroyable.


De l'eau, SVP, de l'eau !!!

Une mer de cactus implorant la pluie !

Sans commentaires !

 



Mardi, le 17, les températures se sont maintenues autour de 35°Celcius ce qui a irrémédiablement ralenti nos ardeurs de randonneurs pédestres. Nous nous sommes plutôt dirigés au Visitor’s Center de San Angelo pour une visite des bords de la Rivière Concho et du Historic District. Pas pressé, le tour vous prendra environ une heure de votre précieux temps.





Selon le nez de Sylvie, variété de lilas !


Cela évite les graffitis sauvages !

Ça va donc ben mal, s'a rue Principale ! (Les Colocs)


On adore les murales !


Mais pas le monde qui stationne devant !

Toute ville américaine pouvait demander un morceau du World Trade Center pour faire un Remember Place !

Remember the Bug ?


On trouve un peu partout des moutons de céramique faisant partie d’un projet artistique dont nous avons déjà connu d’autres versions; les manatees de Floride, les ours polaires de Winnipeg et les dauphins à Halifax.




En attente de céramique !

Le plus drôle fut la rencontre de Luna avec un mouton semblant un peu plus naturel. Elle se met à grogner, ne veut pas approcher puis fait un grand tour pour l’approcher par derrière…..et aller lui renifler le pêteux !!! Devant l’absence de danger, ou d’odeur, elle a repris son attitude canine docile.

De retour au Visitor’s Center, elle ne s’est pas faite prier pour prendre un bain de pieds, de pattes et, au final, de carrément se mettre à nager dans le bassin décoratif. 






Note à moi-même : Si on change le n de place dans Rivière Concho, ça donne une rivière pas mal plus sale !

C’est aussi le bon moment pour aller faire un peu d’épicerie chez H.E.B. On ne vous le répètera jamais assez; au Texas, l’épicerie c’est chez H.E.B., pas chez WalMart. C’est le même prix mais la qualité des fruits, légumes et viandes vont vous faire saliver chez H.E.B. De plus, parfois, il y a parfois un petit extra, comme pour le papier-Q. Nous sommes ensuite revenus au SP tout remettre dans le frigo qui semble finalement être revenu à de meilleures dispositions. 


Comme ça, il a l'air tout normal !



Mais qu'ossé ce truc ? Ça remplace le rouleau de carton.

Feuilles extra, à mettre dans votre sacoche Mesdames !


Après de la lecture à l’air climatisé, ce n’est que vers 19h00 que Sylvie mettra le nez dehors alors que le mercure se fait un peu plus docile et qu’une légère brise souffle un vent chaud du Sud. La décision est prise de souper dehors et de vivre ce moment avec nos amis Face de Bouc !  Au menu ce soir, filets mignons, crevettes USA marinées et salade d’épinard, le tout accompagné d’une bouteille de Merlot.  On a siroté ainsi jusqu’au coucher du soleil qui nous a donné tout un spectacle qui s’est terminé aux alentours de 20h30.



Ciel, un météorite, cachez les dinosaures !



Vendredi 13 au 15 avril 2018 : South Llano River State Park (Partie 2)


Le lendemain, le mercure s’est assagi, passant de 29°C à 10°C dans la nuit. La journée de samedi restera sous les 24°C avec un bon petit vent favorisant le port du ti-chandail de laine en matinée.




On part avec la petite-laine !

Question de mettre nos mollets un peu à l’épreuve, le Pierrôt suggère une belle grande marche en après-midi. Dans les faits, nous serons partis de 13h00 à 16h20 et, miracle, Luna semble avoir très bien supportée l’épreuve contrairement aux jours passés, une nette amélioration. Il était temps vu qu’il ne lui reste que 5 jours d’antibiotiques !



Mais on l'enlève assez rapidement !


La Reine de la grimpette !


L'idée d'une toilette "primitive" au Texas !




Si je suis sage, j'aurai droit d'y aller !





Une bonne chose avec cette pitoune est qu’elle jappe très rarement et, lorsqu’elle le fait, c’est habituellement une jappement unique style Hé! Elle aperçoit un chien passer, un tatou, une vache ou un chevreuil, motus et bouche cousue. Elle pourrait même regarder un évêque !











Pour en revenir aux chevreuils, il semble bien que nous nous étonnions pour rien. Ils pullulent dans la Hill Country comme de la mauvaise herbe ! Déjà, lors d’une randonnée dans Blanco, nous sommes restés baba devant une cinquantaine de chevreuil qui broutait la pelouse devant une demeure. La présence de Luna interrompant momentanément leur souper !

Là, c’est une banale promenade en voiture qui nous amène dans les rues de Junction et, des chevreux, il y en a partout ! Pas par dizaines, par centaines ! Dans les rues, dans les cours, sur les pelouses, dans les jardins, les parcs, un peu plus et on aurait pu en voir sur le pont ! La chasse doit être bonne dans le coin ou alors, c’est qu’il n’y a personne qui chasse.



Le soleil se couche sur Junction !


Les gros VR semblent préfèrer les RV Park privés.


Quel beau projet de restoration !



Au matin, une fois la fraîcheur partie déambule l’une des campeuses les plus braves (ou folles, c’est selon) qui s’avance, vaporeuse, filiforme, à grands pas longs entourée par pas moins de 4 beaux gros bouviers bernois. En prime, le jour suivant, elle a reçu des amis qui en ont apportés deux autres, euh amenés (Ghislain, au secours, c’est quoi pour des chiens ?)




Ce furent trois journées de relaxation et de grandes marches. De lavages extérieur et intérieur du Forest (il était grandement temps) et d’interrogations majeures sur les allers-retours du frigo côté thermomètre, c’est à n’y rien comprendre. Quand la température part de 3°C et monte jusqu’à 12°C en quatre heures, tu t’interroges sérieusement mais seulement après avoir vérifié si la porte est bien fermée ! On travaille là-dessus !

Heureusement que les nuits sont fraîches, froides mêmes. Réveils en bas de 10°C et en bas de laine ! Nous n’avons pas encore utilisée l’air climatisé mais la fournaise prend du service chaque matin pour quelques minutes.

Côté pit-pit, pas de grandes découvertes, la paruline à dos noir est demeurée invisible. Par contre, le moucherole vermillon abonde, tache de couleur écarlate dans toute cette verdure. À force d’entêtement, j’ai réussi à faire fonctionner ma lentille 30-110 mm pour encore quelques temps.



Il y en a au moins quatre dans le Park.


Que le spectacle commence !

















 Nous ne sommes qu'au tout début du printemps dans cette région du Texas. Les fleurs commencent à peine à colorer les champs et les feuilles teintent d'un joli vert tendre les arbres sombres du Park.



Des fleurs miniatures, on en trouve partout et de toutes les couleurs.








Tout de même très aéré pour observer les oiseaux.


Party de dumpage !!!


Pour une dernière trempette !