1er-30 novembre 2017 : Belles découvertes; Ballade en vélo (la suite)



Petit ajout discret : Ceux qui me connaissent bien savent à quel point la sécurité de tous et chacun peut me tenir à coeur. J’en viens à penser que cette habitude se fait, finalement, au détriment de la mienne et, ça me fait souffrir, au propre comme au figuré.

J’étais donc parti faire un coucou-vélo-surprise à Claudel et Louise qui venait d’arriver au Oscar Scherer State Park avec un cellulaire qui ne fonctionnait pas. Une ballade d’une vingtaine de minutes à peine.

Tout allait pour le mieux, vitesse moyenne de 20 km/h ce qui n’est pas mal pour une moitié de cœur et le char d’assaut qui me sert de vélo.

Donc, tout allait bien, j’entre au State Park par la Legacy Trail et, droit devant, de l’autre côté d’un petit parc, je vois mon amie Louise qui déambule sur le chemin avec son triporteur qui compte quatre roues, ce qui lui donne également le titre de quadriporteur mais qui est plus long à écrire et me donne toujours un message de vocabulaire d’erreur avec Word.

J’enfile donc le sentier du petit parc pour aller rejoindre le chemin tout en gardant les yeux rivés sur Louise. Mon idée est de remonter jusqu’à elle et de lui faire un beau coucou par derrière. Oui, ça m’arrive d’être un peu taquin.

Le problème est, qu’ayant la vision occupé sur les 90 degrés de mon côté gauche, ma vision périphérique n’a pas suffit pour me faire voir la chaine qui barrait la sortie du petit parc !!!!
Une belle vieille chaine en galvanisé, recouverte d’un vieux bout de tuyau PVC blanc sale et qui se tient là, bien sournoisement, à environ 9 pouces du sol.

Ma vitesse moyenne est passée soudainement de 20 km/h à zéro-par-dessus-les-poignées-étendu-par-terre-la-face-dans-le-sable/h !

Comme je suis tout de même une personne très équilibrée, je suis tombé, cette fois, sur mon côté gauche, le droit ayant assez souffert l’an dernier ! Je suis donc par terre et je fais mentalement l’inventaire des dommages; la tête ? OK, elle est encore là et n’a subi aucun coup. En fait, je suis plutôt tombé directement sur l’épaule.
Les doigts bougent, la respiration laisse présager quelques fêlures au niveau des côtes mais aucune fracture. Le bas de l’omoplate est sensible mais ça s’endure. Quelques bonnes éraflures sur le devant du tibia et un tout petit peu de sang au niveau du genou mais, vraiment, c’est la seule place où je coule !

Les secours arrivent dans la seconde. Un cycliste qui me suivait remercie sa bonne étoile (et ma mauvaise) car lui non plus n’avait pas vue la chaine et ce serait probablement lui qui serait étendu à ma place.

Je refuse l’ambulance, j’ai ma fierté quand même et, à première vue, il semble que le bonhomme soit encore solide pour ses 60 ans.

Le côté rigolo est que mon amie Louise a été témoin (témoine?) de la scène en partie ! Elle était juste sur le point de crier Hey Mister, THE  CHAIN TABARNAK !@!!!!!*&?%$% mais, premièrement, Louise ne se laisserait jamais aller à de tels écarts de langage, c’est une dame et, son témoignage se voulant plus auditif que visuel.

Reprenant mes sens, je réussis à lever un bras et à lancer un BONJOUR LOUISE ! Quoique d’une voix assez faible et c’est alors que j’ai entendu cette douce réponse : Mais, c’est Pierrôt, non, non, pas mon Pierrôt. Allez, on embraye toutes les roues du machin porteur et on roule à la rescousse du malchanceux.

En prime, voici Claudel qui arrive également sur les lieux de la tragédie, ayant pris les devants dans leur excursion commune. On a donc fini par relever le Pierrôt ensablé et par aller tous s’asseoir à une table de pique-nique pour panser mes plaies et planifier le reste de cette belle journée.

Fin rapide : Je suis remonté en selle, le vélo n’a pas souffert et j’ai réussi à retourner au RCR par mes propres moyens quoiqu’un peu plus lentement et en regardant constamment vers l’avant !

Vous m’excuserez pour le manque de photo, pas vraiment eu l’occasion ! Mais, pour compenser:



Morale de l’histoire : En vélo, y’a pas juste la chaine du pédalier qu’il faut surveiller ! Achat de petits pois congelés à prévoir !

17 commentaires:

  1. Non mais.... on pâtit juste à te lire.... « slake Pierrô » car un moment donné �� et Sylvie a besoin de toi et nous, de tes écrits!
    xxx

    RépondreEffacer
  2. Faudrait que tu penses à t'inclure dans le tous et chacun. ;-)

    RépondreEffacer
  3. Sylvie, tu dois être constamment à ses côtés... au moindre écart, il en profite pour faire une cascade douteuse !!! Ou l'envelopper de la tête au pieds de papier bulles... ;)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ma soeur m'a déjà offert un full rouleau de papier bulle. Je pense sérieusement en faire usage prochainement !

      Effacer
  4. Ça doit faire mal, mais ça fait une maud.... belle histoire à raconter qui nous tient en halène jusqu'à la fin. Heureusement ça finit bien. Bisous sur les bobos.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, ça fait mal mais plus agaçant que souffrant. Radio et physio en vue à notre retour. Merci pour les bisous.

      Effacer
  5. Mon ami Pierrôt, qui ne roule pas au clair de la lune..., je pense que tu as déjà remarqué cet ergot que l'on peut voir juste au-dessus du pare-brise et au-dessous de l'avant de cabine sur les hélicoptères? Il s'agit d'un outil sécuritaire chargé de couper les câbles qui n'auraient pas été repérés par le pilote... je suis certain que tu pourrais en faire un modèle pour vélo... �� On vous embrasse, amitié des Pays-Bas à vous deux.
    Jissé et Monique

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je connais effectivement le bidule. Il a fallu en installer un après le crash de notre hélicoptère aux Chûtes Montmorency, accident qui coûta la vie à 4 personnes. J'ai été pas mal plus chanceux mais faut dire que je suis tombé de moins haut.

      Effacer
  6. Fais un livre stp et je le distribue aux States 😉😎

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Hé l'anonyme, faut signer son nom quand on me fait une telle offre !!!!! On va prendre quel traducteur ? Google Translate ha ha ha ...

      Effacer
  7. Ça parait qu'on a affaire à un pure Québecois, parcequ'un vrai Américain, lui, il aurait noté le nom du témoin qui disait qu'il n'aurait pas vu la chaine lui non plus, pis il aurait pris ben ben des photos, pis il aurait dit "yes yes the ambulance, I'm dying" pis finalement aurait saué sur le téléphone pour appeler un avocat. Pis là , le Pierrôt, il serait millionnaire, en tout cas, assez d'argent pour se payer un nouveau siège de conducteur.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Pierrôt a été quand même tenté d'aller dire au parc que la chaîne était bien basse et que c'était illogique qu'elle soit là alors qu'à l'autre bout, c'était ouvert.

      Effacer
    2. J'avoue avoir pensé aller voir l'un des avocats qui s'affichent en format géant sur les panneaux mais, que veux-tu, je suis pas cupide et assez réaliste pour comprendre que c'est en grande partie ma faute; j'avais juste à regarder où j'allais. Après tout, y'en a pas 50 par jour qui plante là, ça se saurait !

      Effacer
  8. Je confirme que le tout s'est bien passé comme il a écrit.
    À part bien sûr le "tabarnak" qui n'est pas du tout dans nos habitudes verbales.
    Quant à moi, quand j'ai rebroussé chemin et que j'ai vu un monsieur par terre, serez-vous surpris si la première pensée qui m'est venue, c'est "non, non, ce n'est pas possible, ça peut pas être Pierrôt" Tout en sachant que justement ça ne pouvait n'être que lui. D'autant que je m'y attendais puisqu'on devait se rejoindre par téléphone et que voyant que notre téléphone ne fonctionnait pas, je me doutais bien que le Pierrôt allait enfourcher son "char d'assaut" et venir voir sur place ce qui se passait.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup le: ça ne pouvait être que lui !

      Effacer

Si vous nous laissez un commentaire, revenez voir dans 1 ou 2 jours, on vous aura probablement répondu. Mieux encore, cochez la case en bas à droite pour être avisé d'une réponse.